L’équilibre entre le guerrier et l’artiste était extrêmement important pour les samouraïs, car ils étaient formés en peinture, en calligraphie et en poésie ainsi qu’en arrangement floral et pour la cérémonie du thé. Ils aimaient bien une forme de théâtre appelée Noh. Les pièces de théâtre Noh étaient très populaires, car les thèmes reflétaient l’histoire des samouraïs.

Noh a fait ses débuts dans les années 1300. C’était une combinaison de Sarugaku et de Dengaku, qui incluait de l’acrobatie, du jonglage, de la danse et des récitations. Durant la période Edo (1603-1868), le théâtre Noh est devenu l’art du spectacle officiel des shoguns. Plusieurs daimyos avaient leurs propres troupes et interprétaient eux-mêmes des personnages.

Le théâtre Noh utilise la danse, le théâtre et la musique pour raconter une histoire avec des mouvements très lents et subtils. Les acteurs portent des costumes raffinés et des masques dramatiques, dont les expressions disaient l’âge, le sexe et le rang social des personnages. Faits de bois et de laque, plusieurs masques Noh sont considérés d’importants exemples de l’art japonais.

Pour atténuer le contenu sérieux des pièces Noh, on jouait des kyogen, des petites pièces comiques pour d’alléger l’atmosphère, entre les pièces Noh.

La Galerie d'art du Grand Victoria
1300s - 1868
JAPON
© 2006, La Galerie d'art du Grand Victoria. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons