Durant la période Kofun (250 – 552), l’élite japonaise était enterrée dans de grandes tombes, qui avaient souvent la forme d’un trou de serrure. Ces tombes étaient décorées avec des haniwas, des figures creuses en argile dont les origines et les buts sont inconnus, bien qu’une légende prétende que les figures sont des modèles de vraies personnes (habituellement des serviteurs) et d’animaux, qui étaient enterrés avec le mort, peut-être pour l’aider dans l’après-vie.

Les haniwas variaient grandement en taille, en forme et en détail et ils étaient placés à différents endroits dans ou autour de la tombe. Originalement conçues en forme de bocal plein, les figures creuses en forme de maisons, d’armes, d’animaux et de personnes sont apparues quelques siècles plus tard. Les trous des yeux et de la bouche finement coupés des haniwas d’humains et d’animaux en sont des caractéristiques. Faits d’argile rouge riche en fer et chauffés non vernis à de basses températures, les haniwas étaient vulnérables aux éléments et se brisaient facilement parce qu’ils étaient placés au-dessus du sol.

Les haniwas devaient être fabriqués rapidement, car il n’y avait pas beaucoup de temps entre la mort d’une personne et son enterrement, ce qui peut expliquer leur design simple.

La Galerie d'art du Grand Victoria
250 - 582
JAPON
© 2006, La Galerie d'art du Grand Victoria. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons