Uniform de pilote de chasse

Mannequin portant l'uniforme d'un pilote de chasse de la Seconde Guerre mondiale. La tunique a appartenu au lcol avn Hugh Gorefroy, ancien cmdt du 403e Esc.

Musée militaire de la base des Forces canadiennes de Gagetown

© Musée militaire de la base des Forces canadiennes de Gagetown.


Ce mannequin vêtu comme un pilote de chasse canadien de la Seconde Guerre mondiale porte un équipement type, c’est-à-dire, outre l’uniforme et les bottes, une lampe de poche, une veste de sauvetage, un masque à oxygène, un casque d’aviateur, des lunettes et une longue écharpe.
Ce mannequin vêtu comme un pilote de chasse canadien de la Seconde Guerre mondiale porte un équipement type, c’est-à-dire, outre l’uniforme et les bottes, une lampe de poche, une veste de sauvetage, un masque à oxygène, un casque d’aviateur, des lunettes et une longue écharpe.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Depuis toujours, les drapeaux sont utilisés pour identifier les groupes militaires. Leur but principal, traditionnellement, était de servir de point de ralliement à l’unité pendant la bataille. Les Règlements royaux précisent que les anciens drapeaux doivent être gardés dans un lieu consacré et demeurent la propriété de la Couronne. En plaçant les drapeaux régimentaires de l’Aviation royale du Canada au quartier général de la 1re Division aérienne du Canada, le Canada respecte la coutume britannique qui consiste à laisser les drapeaux là où ils ont été déposés, jusqu’à ce qu’ils tombent en poussière.
Depuis toujours, les drapeaux sont utilisés pour identifier les groupes militaires. Leur but principal, traditionnellement, était de servir de point de ralliement à l’unité pendant la bataille. Les Règlements royaux précisent que les anciens drapeaux doivent être gardés dans un lieu consacré et demeurent la propriété de la Couronne. En plaçant les drapeaux régimentaires de l’Aviation royale du Canada au quartier général de la 1re Division aérienne du Canada, le Canada respecte la coutume britannique qui consiste à laisser les drapeaux là où ils ont été déposés, jusqu’à ce qu’ils tombent en poussière.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

les Drapeaux

Drapeaux régimentaires de l'Aviation royale du Canada.

Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine

© Sa Majesté du chef du Canada, 2001.


Les aviateurs se munissaient souvent d’un porte-bonheur lorsqu’ils partaient en mission, comme l’illustre cette poupée, fabriquée par un membre du Corps auxiliaire féminin d'aéronautique. La poupée était accrochée au-dessus de la table du navigateur et servait de porte-crayon.
Les aviateurs se munissaient souvent d’un porte-bonheur lorsqu’ils partaient en mission, comme l’illustre cette poupée, fabriquée par un membre du Corps auxiliaire féminin d'aéronautique. La poupée était accrochée au-dessus de la table du navigateur et servait de porte-crayon.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Poupées de navigateur

Fabriquées par des membres du Corps auxiliaire féminin de l'aéronautique, ces poupées de navigateur étaient des porte-bonheur et, plus utilement, des porte-crayon.

Musée commémoratif de l'ARC.

© Musée commémoratif de l'ARC.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • développer une compréhension de la participation et du rôle joué par l’Aviation canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les contributions, les sacrifices et les expériences vécus par des individus qui ont participé à des événements militaires durant la Seconde Guerre mondiale;
  • identifier les principaux lieux à partir desquels l’Aviation canadienne lançait ses missions pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • évaluer les armes et la technologie utilisées par la Force aérienne du Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons