Par une nuit claire à la campagne, vous pouvez voir dans le ciel une bande de lumière douce qui s’étend au-dessus de vos têtes. Cette bande est le disque formé d’étoiles de notre galaxie - la Voie lactée -, telle qu’on le voit par la tranche et de l’intérieur de la galaxie. Ce panorama cosmique, si vaste soit-il, ne représente qu’une petite partie de notre galaxie.

Notre galaxie porte communément le nom de Voie lactée, mais cette région de lumière diffuse dans le ciel a de nombreux autres noms. Les pieds-noirs des Prairies de l’Amérique du Nord l’appellent le sentier des loups, d’après les loups qui leur ont enseigné à chasser ensemble.

Certains peuples aborigènes d’Australie considèrent la Voie lactée comme une rivière dans le ciel, où les grosses étoiles sont des poissons, et les petites des bulbes de nénuphar.

Le nom Voie lactée vient des Grecs de l’Antiquité, pour qui la galaxie ressemblait au lait de la d Pour en lire plus
Par une nuit claire à la campagne, vous pouvez voir dans le ciel une bande de lumière douce qui s’étend au-dessus de vos têtes. Cette bande est le disque formé d’étoiles de notre galaxie - la Voie lactée -, telle qu’on le voit par la tranche et de l’intérieur de la galaxie. Ce panorama cosmique, si vaste soit-il, ne représente qu’une petite partie de notre galaxie.

Notre galaxie porte communément le nom de Voie lactée, mais cette région de lumière diffuse dans le ciel a de nombreux autres noms. Les pieds-noirs des Prairies de l’Amérique du Nord l’appellent le sentier des loups, d’après les loups qui leur ont enseigné à chasser ensemble.

Certains peuples aborigènes d’Australie considèrent la Voie lactée comme une rivière dans le ciel, où les grosses étoiles sont des poissons, et les petites des bulbes de nénuphar.

Le nom Voie lactée vient des Grecs de l’Antiquité, pour qui la galaxie ressemblait au lait de la déesse Héra qui coulait dans le ciel.

Le mot galaxie vient du grec galaktos, qui veut dire lait.

Comme l’on pourrait s’y attendre, le mot galaxie vient du grec galaktos, qui veut dire lait.

© Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003

Regardez une séquence vidéo sur la Voie lactée

La Voie lactée, une bande de lumière qui sillonne notre ciel, constitue l’une des visions les plus spectaculaires qu’on puisse contempler par une nuit sombre et dégagée. Si extraordinaire soit-elle à observer, elle ne représente pourtant qu’une petite portion de notre patrie galactique qui, estime-t-on, compte près de 200 milliards d’étoiles. En fait, si nous pouvions observer notre galaxie d’une distance d’environ 30 millions d’années-lumière, elle ressemblerait peut-être à cette image que Gemini a produite de la galaxie spirale appelée M74 dans la constellation des Poissons. Si cette galaxie était la nôtre, notre Soleil serait situé, sur un rayon tracé à partir du centre, à peu près aux deux tiers du trajet à parcourir pour la quitter, dans une région nommée le bras de Persée.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine

© Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003.


Les astronomes croient maintenant que la Voie lactée est une galaxie spirale barrée d’un diamètre d’environ 100 000 années-lumière. Elle contient près de 200 milliards d’étoiles et leurs planètes. La Voie lactée se compose de trois parties : un disque, où se trouve notre système solaire, un renflement central et un halo sphérique qui entoure l’ensemble de la galaxie.

Les astronomes croient maintenant que la Voie lactée est une galaxie spirale barrée d’un diamètre d’environ 100 000 années-lumière. Elle contient près de 200 milliards d’étoiles et leurs planètes. La Voie lactée se compose de trois parties : un disque, où se trouve notre système solaire, un renflement central et un halo sphérique qui entoure l’ensemble de la galaxie.

© Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003

Galaxie spirale M83

Si l'on pouvait voir la Voie lactée d'une distance de 10 millions d'années-lumière, elle ressemblerait beaucoup à la galaxie spirale M83.

Bill Schoering / NOAO / AURA / NSF

© Bill Schoering / NOAO / AURA / NSF


Le disque de la Voie lactée contient de vastes nuages de poussière et de gaz interstellaires qui se rassemblent pour former des régions rosées productrices d’étoiles. Ces régions réapprovisionnent les bras spiralés en amas ouverts, groupes de jeunes étoiles chaudes et bleues. La couleur bleuâtre du disque vient des jeunes étoiles présentes dans les bras spiralés. La Voie lactée compte des centaines de pépinières d’étoiles et environ 1 500 amas ouverts connus.

Le disque de la Voie lactée contient de vastes nuages de poussière et de gaz interstellaires qui se rassemblent pour former des régions rosées productrices d’étoiles. Ces régions réapprovisionnent les bras spiralés en amas ouverts, groupes de jeunes étoiles chaudes et bleues. La couleur bleuâtre du disque vient des jeunes étoiles présentes dans les bras spiralés. La Voie lactée compte des centaines de pépinières d’étoiles et environ 1 500 amas ouverts connus.

© Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003

De jeunes étoiles

De jeunes étoiles deviennent visibles alors que leur rayonnement expulse de la poussière et des gaz à partir du centre de la nébuleuse de la Rosette.

Télescope Canada-France-Hawaii

© Télescope Canada-France-Hawaii


Comme nous sommes à l’intérieur de notre galaxie, il nous est difficile de bien la voir. De plus, la poussière et le gaz interstellaires nous cachent partiellement la vue dans le plan de la galaxie, et nous avons donc de la difficulté à en voir la forme exacte. Mais nos instruments modernes qui font appel aux ondes radio peuvent percer cette brume et nous révéler de nombreuses caractéristiques stupéfiantes.

Tout d’abord, la Voie lactée n’est pas la galaxie paisible que nous imaginions autrefois. D’intenses rayons X et des panaches de rayons gamma sont émis par son noyau, où les étoiles circulent autour d’un trou noir central en filant à plus de 900 km/s. À cette vitesse, on ferait le tour du monde en 45 secondes.

De plus, la Voie lactée avale plusieurs galaxies voisines plus petites. De fait, nous sommes en pleine collision avec l’une d’elles. La galaxie naine du Sagittaire, une galaxie sphérique, est actuellement incrustée dans le disque de la Voie lactée, à seulement 80 000 an Pour en lire plus
Comme nous sommes à l’intérieur de notre galaxie, il nous est difficile de bien la voir. De plus, la poussière et le gaz interstellaires nous cachent partiellement la vue dans le plan de la galaxie, et nous avons donc de la difficulté à en voir la forme exacte. Mais nos instruments modernes qui font appel aux ondes radio peuvent percer cette brume et nous révéler de nombreuses caractéristiques stupéfiantes.

Tout d’abord, la Voie lactée n’est pas la galaxie paisible que nous imaginions autrefois. D’intenses rayons X et des panaches de rayons gamma sont émis par son noyau, où les étoiles circulent autour d’un trou noir central en filant à plus de 900 km/s. À cette vitesse, on ferait le tour du monde en 45 secondes.

De plus, la Voie lactée avale plusieurs galaxies voisines plus petites. De fait, nous sommes en pleine collision avec l’une d’elles. La galaxie naine du Sagittaire, une galaxie sphérique, est actuellement incrustée dans le disque de la Voie lactée, à seulement 80 000 années-lumière de la Terre, de l’autre côté du renflement central. Deux galaxies irrégulières voisines, les Grand et Petit Nuages de Magellan, sont avalées par l’attraction gravitationnelle de la Voie lactée, qui leur arrache des banderolles de poussière et de gaz.

© Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • expliquer ce qu’est la « Voie lactée » et décrire ses caractéristiques;
  • comprendre notre place dans l’Univers.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons