Le plus grand nombre d'objets peints à avoir été fabriqués par les Premières nations de la Colombie-Britannique au XIXe siècle sont les boîtes et les coffres en bois cintré.

Après des années d’utilisation, des couches de graisse, de fumée et d’autres substances se sont accumulées à la surface de ces contenants et ont fini par masquer les motifs peints; leur étude et leur appréciation s’en sont donc trouvées limitées. Les images peintes au moment de la fabrication de l’objet représentent des figures emblématiques ou des créatures, dont beaucoup ne peuvent plus être identifiées et dont le sens nous échappe.
Le plus grand nombre d'objets peints à avoir été fabriqués par les Premières nations de la Colombie-Britannique au XIXe siècle sont les boîtes et les coffres en bois cintré.

Après des années d’utilisation, des couches de graisse, de fumée et d’autres substances se sont accumulées à la surface de ces contenants et ont fini par masquer les motifs peints; leur étude et leur appréciation s’en sont donc trouvées limitées. Les images peintes au moment de la fabrication de l’objet représentent des figures emblématiques ou des créatures, dont beaucoup ne peuvent plus être identifiées et dont le sens nous échappe.

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Boîte en bois cintré de Kitimat

Photographie prise avec de la pellicule ordinaire

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Boîte en bois cintré de Kitimat

Photographie prise avec du film infrarouge

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Jacquie Gijssen

Reconstitution de la peinture de la côte ouest : la photographie à infrarouge

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Le film infrarouge est sensible aux ondes infrarouges, ou à la chaleur, qu’absorbent ou émettent même des quantités infimes de peinture et d’autres pigments exposés à la lumière visible. Les pigments de peinture ne peuvent pas tous absorber et émettre de la chaleur. Les anciens pigments denses à base de minéraux comme l’hématite (rouge) et le magnétite (noir) absorbent la chaleur. Les pigments commerciaux comme le vermillon de Chine réfléchissent la chaleur, comme d’ailleurs le bois de cèdre non peint. La photographie à infrarouge d’une boîte peinte produit une image en noir et blanc avec en contraste la chaleur absorbée par les pigments et la chaleur réfléchie par le bois.

Le négatif infrarouge est agrandi pour correspondre à la grandeur réelle de l’objet; un artiste dessine l’image sur du papier calque déposé sur la photographie.

Il se peut que l’artiste doive compléter le motif là où la peinture a été endommagée sur la boîte. Avec les lignes et les formes qui restent, l’artiste peut extrapoler celles qui manquent.

Une fois le dessin sur papier calque terminé, les lignes pour la peinture peuven Pour en lire plus

Le film infrarouge est sensible aux ondes infrarouges, ou à la chaleur, qu’absorbent ou émettent même des quantités infimes de peinture et d’autres pigments exposés à la lumière visible. Les pigments de peinture ne peuvent pas tous absorber et émettre de la chaleur. Les anciens pigments denses à base de minéraux comme l’hématite (rouge) et le magnétite (noir) absorbent la chaleur. Les pigments commerciaux comme le vermillon de Chine réfléchissent la chaleur, comme d’ailleurs le bois de cèdre non peint. La photographie à infrarouge d’une boîte peinte produit une image en noir et blanc avec en contraste la chaleur absorbée par les pigments et la chaleur réfléchie par le bois.

Le négatif infrarouge est agrandi pour correspondre à la grandeur réelle de l’objet; un artiste dessine l’image sur du papier calque déposé sur la photographie.

Il se peut que l’artiste doive compléter le motif là où la peinture a été endommagée sur la boîte. Avec les lignes et les formes qui restent, l’artiste peut extrapoler celles qui manquent.

Une fois le dessin sur papier calque terminé, les lignes pour la peinture peuvent être transférées sur une nouvelle surface de cèdre où la peinture sera exécutée. L’artiste emploie pour ce faire du papier carbone ou du papier à report.

Une fois que l’artiste contemporain a terminé une peinture, celle-ci peut être exposée comme représentation unique d’un style de peinture historique propre aux Premières nations de la côte de la Colombie-Britannique. La peinture peut aussi être utilisée comme outil didactique pour les artistes en apprentissage dans la tradition de l’art de la côte ouest.


© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Lyle Wilson

Wilson en train de dessiner les contours d'un motif

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Ben Houstie

L'artiste haeltzug (bella bella)Ben Houstie en train de peindre

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


maison tsimshiane

Détail d'un écran de maison tsimshiane peinte au Musée d'anthropologie et faisant partie d'une exposition permanente au Musée canadien des civilisations

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • décrire les processus techniques ayant été utilisés pour récupérer les images haïdas;
  • décrire l’histoire de l’art haïda et ses collections;
  • expliquer l’importance de l’art dans la culture haïda, et réfléchir au lien entre l’art et la fonction.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons