La plupart des motifs photographiés pour le Projet de reconstitution d’images proviennent de boîtes et de coffres en bois cintré.

Ces objets étaient troqués sur la côte ouest aux XVIIIe et XIXe siècles. Les boîtes et les coffres en bois cintré servaient à entreposer des objets de valeur : aliments conservés pour l’hiver, objets symboles de droits et de privilèges, le corps des morts. Les boîtes en bois cintré ordinaires ou étanches servaient aussi à étuver ou à faire bouillir les aliments.

Dans bien des cas, les boîtes en bois cintré étaient considérées comme des trésors et passaient d’une génération à l’autre. Certaines possédaient même un nom et une histoire qui leur était propre et qui était racontée aux occasions importantes.

Des milliers d’images peintes sur boîtes que l’on connaît, il n’y en a pas deux qui soient exactement pareilles.
La plupart des motifs photographiés pour le Projet de reconstitution d’images proviennent de boîtes et de coffres en bois cintré.

Ces objets étaient troqués sur la côte ouest aux XVIIIe et XIXe siècles. Les boîtes et les coffres en bois cintré servaient à entreposer des objets de valeur : aliments conservés pour l’hiver, objets symboles de droits et de privilèges, le corps des morts. Les boîtes en bois cintré ordinaires ou étanches servaient aussi à étuver ou à faire bouillir les aliments.

Dans bien des cas, les boîtes en bois cintré étaient considérées comme des trésors et passaient d’une génération à l’autre. Certaines possédaient même un nom et une histoire qui leur était propre et qui était racontée aux occasions importantes.

Des milliers d’images peintes sur boîtes que l’on connaît, il n’y en a pas deux qui soient exactement pareilles.

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Boîtes en bois

Village Ninstints du milieu du XIXe siècle

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Les grandes boîtes et grands coffres en bois cintré étaient, et sont toujours, faits d’une seule planche de bois clair de cèdre rouge ou, parfois, de cèdre jaune.

La planche est finie à l’herminette (outil spécial pour la sculpture) et au couteau; sa surface était traditionnellement adoucie avec du grès ou de la peau de requin. Des entailles ou rainures étaient pratiquées à trois endroits. Les entailles permettaient le cintrage à la vapeur de la planche en une boîte à côtés symétriques.

Le dernier coin, ainsi que la base, était fixé par des chevilles ou de la racine d’épinette. Ainsi, l’étanchéité du contenant était assurée.

La palette du peintre de la côte ouest se composait et se compose toujours de trois couleurs : noir, rouge et bleu-vert. Toutes ces couleurs se retrouvent sur la boîte présentée ici.

Le noir est la couleur employée principalement pour le cadre ou le contour de l’image. La couleur était fabriquée avec du lignite, du graphite, du magnétite ou d’autres types de charbon.

Le rouge est la couleur qui donne de la vie à la peinture. Elle est employée pour des détails comme Pour en lire plus
Les grandes boîtes et grands coffres en bois cintré étaient, et sont toujours, faits d’une seule planche de bois clair de cèdre rouge ou, parfois, de cèdre jaune.

La planche est finie à l’herminette (outil spécial pour la sculpture) et au couteau; sa surface était traditionnellement adoucie avec du grès ou de la peau de requin. Des entailles ou rainures étaient pratiquées à trois endroits. Les entailles permettaient le cintrage à la vapeur de la planche en une boîte à côtés symétriques.

Le dernier coin, ainsi que la base, était fixé par des chevilles ou de la racine d’épinette. Ainsi, l’étanchéité du contenant était assurée.

La palette du peintre de la côte ouest se composait et se compose toujours de trois couleurs : noir, rouge et bleu-vert. Toutes ces couleurs se retrouvent sur la boîte présentée ici.

Le noir est la couleur employée principalement pour le cadre ou le contour de l’image. La couleur était fabriquée avec du lignite, du graphite, du magnétite ou d’autres types de charbon.

Le rouge est la couleur qui donne de la vie à la peinture. Elle est employée pour des détails comme la bouche, les oreilles ou d’autres parties du corps. La couleur rouge était fabriquée à partir d’ocres (minéraux) contenant de l’hématite.

Avec l’arrivée des Européens, le vermillon de Chine a été intégré dans la peinture de la côte ouest et a remplacé l’ocre rouge ou a été employé avec celle-ci.

La troisième couleur, le bleu-vert, était employée sur les coffres de cèdre qui était sculptés et peints. Elle était appliquée aux orbites des yeux et aux autres surfaces concaves de l’objet.

L’analyse scientifique des peintures de la côte ouest se poursuit. En identifiant les pigments indigènes et commerciaux spécifiques à certaines époques et à certains lieux, nous pourrons peut-être découvrir quand et où certains artefacts ont été fabriqués.

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Boîte en bois cintré avec motifs peints

Boîte en bois cintré avec motifs peints haïdas, vers 1870

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Il est tentant d’apprécier ces peintures simplement pour leurs motifs ou leur composition et de n’y voir que le travail de l’artiste avec les lignes et les formes. On peut se demander s’il ne s’agit pas là de la "signature" de l’artiste ou son interprétation personnelle d’une image ou d’une idée.

"Grâce à la photographie à infrarouge, qui est sensible au spectre de la chaleur plutôt qu’à celui de la lumière, on constate que l’artiste s’est ravisé plusieurs fois pendant la création de l’oeuvre." (Lyle Wilson, 1992)
Il est tentant d’apprécier ces peintures simplement pour leurs motifs ou leur composition et de n’y voir que le travail de l’artiste avec les lignes et les formes. On peut se demander s’il ne s’agit pas là de la "signature" de l’artiste ou son interprétation personnelle d’une image ou d’une idée.

"Grâce à la photographie à infrarouge, qui est sensible au spectre de la chaleur plutôt qu’à celui de la lumière, on constate que l’artiste s’est ravisé plusieurs fois pendant la création de l’oeuvre." (Lyle Wilson, 1992)

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Boîte peinte

Boîte peinte contemporaine de la nation haeltzug (Bella Bella)

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Haïda boîte

Peinture contemporaine de la boîte haïda

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Comment interpréter les images peintes sur ces boîtes et coffres en bois cintré?

Contrairement à certains des motifs facilement reconnaissables, comme l’épaulard, ces images ne semblent pas représenter un animal de la nature.

Pourquoi les motifs à l’avant et à l’arrière des boîtes et des coffres sont-ils aussi semblables ? Quelle est donc la créature représentée avec une large tête et des yeux exorbités ? A quel moment a-t-on adopté cette image très typée ? Que signifie-t-elle ? La créature à yeux doubles figure le plus souvent sur un des côtés de la boîte ou du coffre (considéré comme l’avant), tandis que l’autre côté (l’arrière) comporte une créature avec deux yeux simples. Il est fréquent de voir des boîtes avec la créature à yeux simples sur les deux côtés de la boîte. D’autres encore sont orientées vers le coin, qui forme l’axe central de l’image.
Pour en lire plus
Comment interpréter les images peintes sur ces boîtes et coffres en bois cintré?

Contrairement à certains des motifs facilement reconnaissables, comme l’épaulard, ces images ne semblent pas représenter un animal de la nature.

Pourquoi les motifs à l’avant et à l’arrière des boîtes et des coffres sont-ils aussi semblables ? Quelle est donc la créature représentée avec une large tête et des yeux exorbités ? A quel moment a-t-on adopté cette image très typée ? Que signifie-t-elle ? La créature à yeux doubles figure le plus souvent sur un des côtés de la boîte ou du coffre (considéré comme l’avant), tandis que l’autre côté (l’arrière) comporte une créature avec deux yeux simples. Il est fréquent de voir des boîtes avec la créature à yeux simples sur les deux côtés de la boîte. D’autres encore sont orientées vers le coin, qui forme l’axe central de l’image.

Certains spécialistes croient que la créature à yeux doubles serait un être surnaturel décrit dans l’histoire et la philosophie des peuples de la côte ouest.

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Boîte en bois cintré

Tsimshian de la côte ouest.

RCIP
Le Musée d'anthropologie de l'UBC

© 1997, Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • décrire le Projet de reconstitution d’images et la façon dont il permet de rapatrier l’art haïda;
  • expliquer l’importance de l’art dans la culture haïda en utilisant la boîte en bois cintré comme exemple;
  • décrire, d’un point de vue contemporain, l’importance de l’art haïda et de son rapatriement.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons