Détail du tunnel de la Grande Évasion

Détail du tunnel de la Grande Évasion : chariot en bois, utilisé pour sortir la terre excavée. Les tuyaux d'aération étaient fabriqués de boîtes de lait « KLIM ». Les prisonniers s'étaient raccordés au réseau d'alimentation électrique du camp pour éclairer leur tunnel.

Sous-lieutenant Wally Floody pour le Musée commémoratif de l'ARC.

© Musée commémoratif de l'ARC.


Alors qu'il était aux commandes, le Spitfire du 401e Escadron du sous-lieutenant d’aviation Wally Floody a été abattu. Il s'agissait lors de la première sortie de Floody, au-dessus de Saint-Omer, en France, à la fin d’octobre 1941. Pris par les Allemands et interné au camp de prisonniers de guerre Stalag Luft III, il a participé à la Grande Évasion. On l’a surnommé le « roi du tunnel ».

Construite par Wally Floody, le « roi du tunnel », la maquette du tunnel de la Grande Évasion exposée au Musée commémoratif de l’ARC permet de constater que les candidats à l’évasion du Stalag Luft III ont dû travailler dans un espace très réduit.

Elle présente aussi quelques-unes de leurs inventions les plus ingénieuses, dont un soufflet fabriqué en toile de sac à fourbi et un système de ventilation composé de boîtes KLIM.

Alors qu'il était aux commandes, le Spitfire du 401e Escadron du sous-lieutenant d’aviation Wally Floody a été abattu. Il s'agissait lors de la première sortie de Floody, au-dessus de Saint-Omer, en France, à la fin d’octobre 1941. Pris par les Allemands et interné au camp de prisonniers de guerre Stalag Luft III, il a participé à la Grande Évasion. On l’a surnommé le « roi du tunnel ».

Construite par Wally Floody, le « roi du tunnel », la maquette du tunnel de la Grande Évasion exposée au Musée commémoratif de l’ARC permet de constater que les candidats à l’évasion du Stalag Luft III ont dû travailler dans un espace très réduit.

Elle présente aussi quelques-unes de leurs inventions les plus ingénieuses, dont un soufflet fabriqué en toile de sac à fourbi et un système de ventilation composé de boîtes KLIM.


© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Après avoir obtenu son brevet de pilote en 1939, A.C. Hull a servi dans diverses stations au Canada jusqu’en 1943, année où il a été affecté outre-mer. Avec le 420e Escadron, il a piloté les bombardiers Halifax du 6e Groupe (ARC) du Bomber Command. Ensuite il a pris le commandement du 428e Escadron, où il a piloté des bombardiers Lancaster.

L’illustre carrière militaire du lieutenant-général Hull s’est poursuivie pendant 41 ans, jusqu’à une retraite bien méritée en 1974.
Après avoir obtenu son brevet de pilote en 1939, A.C. Hull a servi dans diverses stations au Canada jusqu’en 1943, année où il a été affecté outre-mer. Avec le 420e Escadron, il a piloté les bombardiers Halifax du 6e Groupe (ARC) du Bomber Command. Ensuite il a pris le commandement du 428e Escadron, où il a piloté des bombardiers Lancaster.

L’illustre carrière militaire du lieutenant-général Hull s’est poursuivie pendant 41 ans, jusqu’à une retraite bien méritée en 1974.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Clarence Dunlap a suivi sa formation de pilote en 1928 et il a servi dans la toute jeune Aviation royale du Canada jusqu’au début de la guerre, en 1939. Après avoir commandé la station du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth à Mountainview, en Ontario, il a rejoint le commandement aérien de la Méditerranée à titre de commandant de la 331e Escadre et il a participé à la campagne aérienne en Italie et en Sicile.


Après une carrière militaire s'échelonnant sur 39 années, notamment comme chef d’état-major de la Force aérienne et commandant adjoint du NORAD, le maréchal de l’air Dunlap a pris sa retraite en 1966.
Clarence Dunlap a suivi sa formation de pilote en 1928 et il a servi dans la toute jeune Aviation royale du Canada jusqu’au début de la guerre, en 1939. Après avoir commandé la station du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth à Mountainview, en Ontario, il a rejoint le commandement aérien de la Méditerranée à titre de commandant de la 331e Escadre et il a participé à la campagne aérienne en Italie et en Sicile.


Après une carrière militaire s'échelonnant sur 39 années, notamment comme chef d’état-major de la Force aérienne et commandant adjoint du NORAD, le maréchal de l’air Dunlap a pris sa retraite en 1966.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Engagé comme volontaire au 1er Escadron (de chasse) - rebaptisé par la suite 401e Escadron - de l’Aviation royale du Canada, Bob Norris a piloté des chasseurs Hurricane pendant la bataille d’Angleterre.


Il a ensuite commandé le 125e Escadron et, après un bref retour au Canada, des bombardiers Lancaster alors qu’il commandait le 424e Escadron. Aujourd’hui, il est colonel honoraire du 424e Escadron.
Engagé comme volontaire au 1er Escadron (de chasse) - rebaptisé par la suite 401e Escadron - de l’Aviation royale du Canada, Bob Norris a piloté des chasseurs Hurricane pendant la bataille d’Angleterre.


Il a ensuite commandé le 125e Escadron et, après un bref retour au Canada, des bombardiers Lancaster alors qu’il commandait le 424e Escadron. Aujourd’hui, il est colonel honoraire du 424e Escadron.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Le commandant d’aviation Don McIntyre a été affecté au Bomber Command pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a effectué des missions sur les villes allemandes de Cologne, d’Essen et de Berlin et sur la ville occupée de Brest. Il a aussi participé au bombardement à faible altitude du navire de guerre allemand Tirpitz, en Norvège.


Forcé d’amerrir d’urgence avec un appareil gravement touché pendant l’attaque, McIntyre a réussi une évasion spectaculaire vers la Suède et il a fini par reprendre du service.
Le commandant d’aviation Don McIntyre a été affecté au Bomber Command pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a effectué des missions sur les villes allemandes de Cologne, d’Essen et de Berlin et sur la ville occupée de Brest. Il a aussi participé au bombardement à faible altitude du navire de guerre allemand Tirpitz, en Norvège.


Forcé d’amerrir d’urgence avec un appareil gravement touché pendant l’attaque, McIntyre a réussi une évasion spectaculaire vers la Suède et il a fini par reprendre du service.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • développer une compréhension de la participation et du rôle joué par l’Aviation canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les contributions, les sacrifices et les expériences vécus par des individus qui ont participé à des événements militaires durant la Seconde Guerre mondiale;
  • identifier les principaux lieux à partir desquels l’Aviation canadienne lançait ses missions pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • évaluer les armes et la technologie utilisées par la Force aérienne du Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons