Cerf de Virginie

Odocoileus virginianus

Un visiteur régulier

Image d'un cerf de Virginie naturalisé, debout sur ses quatre pattes, de profil la tête vers la droite.

Description de l'animal

  • Longues pattes fines.
  • Pelage court et contrasté.
  • Queue touffue.
  • Dos, tête et parties externes des membres et de la queue un peu roussâtres l’été et plutôt grisâtres l’hiver; ailleurs, pelage blanc.
  • Pelage tacheté du faon : il s’agit d’un camouflage efficace contre les prédateurs.
  • Bois du mâle : à partir d’un an, le mâle porte des bois. Ils sont recouverts d’une peau riche en vaisseaux sanguins, appelée « velours ». Les bois se renouvellent chaque année. Le nombre d’embranchements, appelés aussi « andouillers », n’indique pas l’âge, mais dépend de la génétique et de l’alimentation.

Habitat et besoins

  • Habite les forêts de feuillus et les champs non cultivés d’Amérique du Nord en été.
  • Habite les forêts de conifères en hiver. Les ravages sont ses quartiers d’hivernage. Les hardes de cerfs tracent des sentiers qui donnent accès à leur nourriture.
  • Se fie surtout à son odorat pour percevoir les dangers, malgré une bonne vue et une ouïe très fine.
  • Peut bondir jusqu’à deux mètres de haut et il atterrit jusqu’à dix mètres plus loin. Le cerf est un coureur rapide et un agile sauteur.
  • Pendant la saison du rut, à la fin novembre, il émet toutes sortes de vocalises et il engage parfois des combats rituels avec les mâles rivaux lorsqu’il est en quête de femelles à féconder.
  • Peut franchir plusieurs kilomètres dans l’eau. Le cerf est un nageur habile.

Ma relation avec les humains

  • Le cerf de Virginie est le plus commun et le plus répandu de tous les gros animaux de l’Amérique du Nord. Au Canada, on l’appelle communément « chevreuil ».
  • Le cerf cause parfois des dommages aux cultures, aux arbres fruitiers et aux plantes ornementales. Il peut même s’en prendre à la végétation forestière.
  • Les parcs des villes et des villages l’attirent. Le cerf y trouve beaucoup de nourriture, car peu de prédateurs naturels et aucun chasseur ne le menacent.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • La chasse permet de contrôler les populations de cerfs, tant qu’elle respecte les règlements en vigueur.
  • Si l’on trouve un faon, il ne faut surtout pas y toucher. La biche n’a pas abandonné son petit, mais elle pourrait le faire si elle flaire l’odeur humaine.
  • Ne jamais laisser les chiens errer en forêt, surtout au printemps quand les faons sont plus vulnérables.

Villes participantes où cet animal a été vu