Épeire diadème

Araneus diadematus

Aux quatre coins du Canada, elle vit près des maisons et des arbres

Image d'une épeire diadème séchée et épinglée, vue de profil, tête vers la droite.

Description de l'animal

  • Mâle beaucoup plus petit que la femelle. L’abdomen du mâle n’atteint pas 1 centimètre, alors que celui de la femelle, plus volumineux et plus arrondi, peut atteindre 2 centimètres.
  • Motif clair en forme de croix sur l’abdomen.
  • Couleur variable, qui va du jaune pâle au brun noirâtre.
  • Quatre paires de pattes, comme toutes les araignées : première paire plus longue, utilisée pour détecter les vibrations sur la toile.
  • Devant les pattes locomotrices se trouve une paire d’appendices pour le stockage du sperme.
  • Trois paires de filières situées à l’extrémité de l’abdomen, qui sécrètent de la soie.

Habitat et besoins

  • Tisse de grandes toiles à géométrie régulière. Les toiles peuvent mesurer jusqu’à 1 mètre de diamètre. L’épeire diadème reconstruit sa toile tous les matins et elle mange celle de la veille.
  • Ne se reproduit qu’une fois. Le mâle doit faire extrêmement attention lorsqu’une femelle approche, car elle peut l’attaquer et le dévorer. Le mâle s’enfuit après avoir fécondé la femelle, qui se retire, fabrique un cocon et y dépose ses œufs. Elle meurt peu de temps après. À leur naissance, au printemps, les jeunes sont des épeires miniatures.
  • Passe beaucoup de temps au centre de sa toile, la tête vers le bas, les pattes de devant tendues pour détecter les vibrations. Lorsque l’épeire diadème capture une proie, elle la tue avec son venin, puis elle l’emballe avec de la soie avant de la manger. Elle peut aussi la mettre de côté pour un prochain repas.
  • Secoue rapidement sa toile lorsqu’elle se sent menacée. Elle peut se parachuter au sol avec un fil de soie.

Ma relation avec les humains

  • L’épeire diadème fréquente les jardins et le pourtour des maisons, surtout s’il y a des arbres à proximité. Parfois, elle entre dans les maisons.
  • Elle contribue à réduire la population d’insectes nuisibles.
  • Si l’on se blesse, on peut appliquer sa toile sur la blessure pour arrêter le saignement.
  • L’épeire diadème est l’araignée qui se trouve dans l’album L’étoile mystérieuse d’Hergé.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Éviter de déranger l’épeire diadème ou de la prendre à main nue. Elle pourrait piquer. Sa morsure n’est toutefois pas dangereuse.
  • Si la population d’épeire diadème est nombreuse autour des maisons, où elle trouve de la nourriture à profusion. Pour contrôler la population, on peut :
  • calfeutrer ou sceller les fissures évidentes ou les espaces autour de la fondation, des portes et des fenêtres au niveau du sol.
  • retirer ou déplacer les amas de bois, de briques et de débris; ils attirent les insectes.
  • changer les ampoules claires pour des ampoules jaunes, qui attirent moins les insectes.

Villes participantes où cet animal a été vu