Chardonneret jaune

Carduelis tristis

Un visiteur des mangeoires du sud du Canada

Image d'un chardonneret jaune naturalisé, perché sur une branche, vu de profil, tête vers la droite.

Description de l'animal

  • Au printemps et à l’été, plumage nuptial jaune vif, calotte noire sur la tête, queue et ailes sont noires et striées de barres blanches pour le mâle. Plumage jaune olive avec touches de jaune sur le cou et la poitrine pour la femelle.
  • À l’automne, mue complète : le mâle ressemble davantage à sa femelle, avec sa tête et son cou jaune pâle, son dos brun olive et sa poitrine brun-beige. Il se distingue d’elle par ses épaulettes jaunes.
  • Croupion blanc contrasté visible en vol.

Habitat et besoins

  • Adore les graines de chardon et de tournesol. Végétarien strict, le chardonneret jaune peut manger la tête en bas, accroché aux mangeoires ou sur des graminées.
  • Mue au printemps : c’est le seul carduéliné à se doter d’un plumage nuptial.
  • Se nourrit et se déplace avec ses semblables. Le chardonneret jaune est sociable, sauf pendant la période de nidification.
  • Bat des ailes rapidement pour monter, puis il se laisse redescendre pendant un bref instant, les ailes refermées. Quel vol dynamique!
  • Se reproduit plus tard que la plupart des autres oiseaux, à la fin juin ou en juillet, lorsqu’il y a beaucoup de nourriture et de fibres végétales, utiles pour la construction de son nid.
  • Reste pacifique, même lorsqu’on lui vole son nid. Le chardonneret jaune a vraiment bon caractère.
  • Nourrit sa compagne lorsqu’elle couve les œufs.
  • Construit un nid si fin, qu’il peut retenir l’eau; malheureusement, ses oisillons peuvent s’y noyer après de fortes pluies.

Ma relation avec les humains

  • Les ornithologues amateurs aiment bien le chardonneret jaune; ils le trouvent facile à identifier, surtout pendant sa période nuptiale.
  • Le chardonneret jaune contribue à la dispersion des graines.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Le chardonneret jaune aime les terrains découverts, comme les champs herbeux, avec des asters, des tournesols, des chardons, des asclépiades et des graminées. Il est aussi attiré par la laitue montée en graine des potagers.
  • On peut planter de jeunes arbres ou des arbustes pour qu’il y niche, par exemple le bouleau, l’érable, le cornouiller ou le sureau.
  • Pour éviter qu’il contracte une maladie contagieuse, ratisser le sol au pied des mangeoires.

Villes participantes où cet animal a été vu