Monarque

Danaus plexippus

Là où il y a de l’asclépiade

Image d'un monarque séché et épinglé, vu de haut.

Description de l'animal

  • Grand papillon aux ailes orange nervurées de noir. Chaque aile est bordée d’une bande noire lignée de points blancs.
  • Envergure des ailes variant de 93 à 105 millimètres.
  • Caractéristiques particulières du mâle : deux petites taches noires situées sur les ailes postérieures et bandes noires qui soulignent la plupart des nervures alaires plus minces.
  • Chenille rayée de noir, de jaune et de blanc, avec deux paires de longs filaments noirs, une paire près de la tête et l’autre, plus courte, près du bout de l’abdomen.

Habitat et besoins

  • Fréquente plusieurs milieux, en particulier les lieux ouverts et fleuris, ainsi que les champs et les terrains abandonnés.
  • Sécrète un parfum aphrodisiaque qui prend sa source dans les deux points noirs de ses ailes du bas. C’est ainsi que le mâle attire les femelles.
  • Passe l’hiver au Mexique. Sur le chemin du retour, plusieurs générations de monarques se succèdent et se chevauchent avant d’atteindre le Canada en juin. Une première génération de monarques se reproduit alors au Canada.
  • Meurt après l’accouplement dans le cas du mâle, et après la ponte dans le cas de la femelle.
  • Se nourrit du nectar de plusieurs fleurs, dont celles des Verges d’or, des Asters et des Asclépiades.
  • Pond un à un quelques centaines d’œufs sur le revers des feuilles de l’Asclépiade.

Ma relation avec les humains

  • Le monarque est parfois confondu avec le Vice-roi, un papillon plus petit dont les ailes contiennent une rangée de points blancs en moins.
  • Il est utile pour la pollinisation de diverses plantes nectarifères.
  • L’agriculture industrielle, l’usage d’herbicides et la destruction des aires d’hivernage menacent sa survie.
  • La migration du monarque est étudiée par la communauté scientifique.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Planter des Asclépiades dans le jardin pour que le monarque vienne y pondre ses œufs.
  • Protéger les Asclépiades, seule source d’alimentation de la chenille du monarque.
  • Cultiver une variété de plantes nectarifères, plus particulièrement celles dont les fleurs ont une corolle profonde.
  • Contribuer aux projets de recherche, de conservation et de sensibilisation sur les monarques, par exemple en participant à leur recensement.

Villes participantes où cet animal a été vu