Moineau domestique

Passer domesticus

Un bénéficiaire des villes, présent dans toutes les provinces canadiennes

Image de deux moineaux domestiques naturalisés, perchés, vus de profil, se font face.

Description de l'animal

  • Petit passereau d’environ 16 centimètres de long.
  • Poids : environ 30 grammes. Le mâle est plus volumineux que la femelle, sauf pendant la saison de reproduction.
  • Bec épais et pattes courtes. Toute la force du moineau domestique réside dans son bec et ses pattes.
  • Plumage tout en nuances de gris et de brun.
  • Stries noires et brun foncé sur le dos, épaulettes châtaines, point blanc derrière l’œil, queue brun foncé. Pendant la saison de reproduction, le mâle se fait beau et son plumage devient plus contrasté. Il porte une couronne grise bordée d’un brun sombre.
  • La taille de sa bavette noire indique sa dominance.

Habitat et besoins

  • Vit souvent en groupe.
  • Se déplace généralement en sautillant.
  • Aime prendre un bain.
  • Se nourrit principalement de graines et de plantes; à de rares occasions, peut manger des insectes. Afin de mieux digérer, le moineau domestique garde dans son gésier une grande quantité de gravier.
  • Se plaît dans les milieux urbains. Le moineau fait son nid dans les fentes des immeubles, des arbres et des sculptures.
  • Niche trois fois par saison. Quand une nichée se termine, le moineau cherche un nouveau logis. Il n’hésite pas à voler le nid d’autres oiseaux.
  • Passe souvent l’hiver au pays, si bien qu’il est le premier à occuper les nichoirs. Il mène la vie dure aux hirondelles bicolores et aux merles bleus. Par contre, les roselins sont pour lui des concurrents féroces.

Ma relation avec les humains

  • Le moineau domestique est originaire d’Eurasie et d’Afrique du Nord. Introduit en 1851 à Brooklyn, un arrondissement de New York, on attendait de lui qu’il lutte contre les insectes nuisibles et qu’il égaye la vie des immigrants nostalgiques. Son vif succès a donné lieu à de nouvelles introductions dans l’Ouest américain au début des années 1870. Maintenant, l’espèce est partout, sauf dans le Grand Nord.
  • Le moineau domestique est un bon sujet de recherche, notamment pour les études sur l’évolution des populations et la lutte antiparasitaire.
  • Parfois, il est considéré comme une espèce nuisible. Il entre en concurrence avec les oiseaux indigènes et il mange beaucoup de graines.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Si l’on souhaite la présence du moineau domestique, il faut savoir qu’il aime fréquenter les mangeoires, principalement celles contenant du millet, du tournesol et du sorgho. Il consomme également les grains des mauvaises herbes.
  • Installer un nichoir à pendule pour éviter que le moineau domestique déloge les autres oiseaux nicheurs, comme le merle bleu ou l’hirondelle bicolore.

Villes participantes où cet animal a été vu