Blatte germanique

Blattella germanica

Une cosmopolite attirée par la nourriture la chaleur et l’humidité

Image d'une blatte séchée et épinglée, vue de profil, tête vers la gauche.

Description de l'animal

  • Cafard au corps ovale et aplati en forme de bouclier, mesurant entre 13 et 16 millimètres de long. Sa couleur varie du bronze au brun clair et deux stries parallèles de couleur foncée s’étendent de sa tête à la base de ses ailes.
  • Deux paires d’ailes, qui se chevauchent largement et qui sont posées à plat sur son abdomen. Les ailes antérieures du mâle sont légèrement épaissies et recouvrent ses ailes postérieures. Celles de la femelle sont plus courtes.
  • Deux antennes très mobiles et flexibles, aussi longues que son corps.
  • Deux grands yeux composés.
  • Pièces buccales de type broyeur. Elles comprennent une paire de mandibules robustes et fortement dentées.
  • Trois paires de pattes semblables, robustes, épineuses et bien adaptées à la course.
  • Insecte à métamorphose incomplète. Ses petits lui ressemblent, mais sont dépourvus d’ailes. La blatte germanique passe par six ou sept mues avant de devenir adulte.

Habitat et besoins

  • Fait partie d’une grande famille de plus de 4 000 espèces. La blatte germanique est exotique. C’est l’espèce la plus répandue et la plus urbaine. Neuf autres espèces vivent au Canada, mais seulement trois sont indigènes.
  • Est omnivore et nocturne. Elle cherche sa nourriture dans les cuisines, les salles de bain, les caves, les restaurants, bref, dans tous les endroits chauds et humides. Elle aime particulièrement l’amidon, les aliments sucrés, les graisses et la viande, mais elle peut manger à peu près n’importe quoi.
  • Vit en groupe. La blatte germanique produit une phéromone d’agrégation, une substance odorante qui l’incite à se regrouper. Elle n’est pas un insecte social pour autant : chaque individu vit de façon autonome, sans dépendance au groupe.
  • Est incapable d’effectuer un vol soutenu, malgré la présence d’ailes.
  • S’enfuit au moindre signe de danger : elle est craintive.
  • Peut survivre sans nourriture pendant près de 200 jours, et sans eau pendant près de 40 jours. Quelle ténacité!
  • Peut devenir arrière-grand-parent en moins d’un an. La plupart des descendants de la blatte survivent, car elle n’abandonne pas ses œufs, mais les transporte sur elle, dans une enveloppe appelée « oothèque ».

Ma relation avec les humains

  • On l’appelle communément « coquerelle ».
  • Une fois établie dans une maison, la blatte germanique peut devenir un véritable fléau. La plupart du temps, elle s’introduit par les emballages d’aliments.
  • Lorsqu’elle est effrayée, la blatte germanique dégage une mauvaise odeur.
  • En nature, elle joue un rôle de décomposeur et participe au recyclage de la matière organique.
  • Elle est à la base de la chaîne alimentaire de nombreux animaux.
  • La blatte germanique peut transmettre des maladies infectieuses. Elle peut déclencher des crises d’asthme ou provoquer des crises d’allergie, mais elle ne pique pas et ne mord pas.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Pour prévenir l’infestation :
  • Éviter d’introduire dans la maison des objets et des aliments qui pourraient contenir des blattes.
  • Réduire le plus possible les abris et les sources propices de nourriture et d’eau.
  • Conserver les aliments dans des contenants hermétiquement fermés. Les sacs de papier et les boîtes de carton ne résistent pas à la blatte.
  • Gérer les déchets avec rigueur. Ne laisser traîner aucune nourriture. Déposer les déchets organiques dans une poubelle ou un contenant muni d’un couvercle ou les mettre directement au composteur.
  • Garder les surfaces bien propres. Balayer ou passer l’aspirateur régulièrement. Déplacer la cuisinière et le réfrigérateur pour laver le mur et le plancher attenants.
  • Dégraisser les murs, les armoires et les équipements à l’occasion.
  • Assécher le plus possible les foyers d’humidité et les traces de condensation.
  • Réparer les fuites d’eau et corriger l’humidité excessive.
  • Sceller les fissures et les crevasses.
  • Éviter l’encombrement.
  • Au moindre doute, installer des pièges. Préférer les modèles collants ou les pièges à phéromone aux pièges avec nourriture, lesquels peuvent attirer d’autres insectes.

Villes participantes où cet animal a été vu