Étourneau sansonnet

Sturnus vulgaris

Un opportuniste présent en abondance partout au Canada

Image d'un étourneau sansonnet naturalisé, vue de biais, tête tournée à gauche, debout sur socle de gravier.

Description de l'animal

  • Taille : environ 20 centimètres.
  • Poids : environ 75 grammes.
  • Queue courte et droite.
  • Bec jaune long, fort et pointu.
  • En période nuptiale, le plumage noir du mâle est moucheté de blanc sur le dos et le bas du ventre. Les reflets métalliques, bleus, verts et violets scintillent au soleil.
  • La femelle est plus terne que le mâle, mais présente plus de taches sur la poitrine.
  • Les petits sont aussi tachetés, mais leur plumage est brun, particulièrement sur la tête. Le dessus de leur corps est gris-brun. Le dessous est plus clair.

Habitat et besoins

  • Se déplace et se nourrit en groupe. L’étourneau sansonnet fréquente surtout les milieux ruraux et urbains, où il peut s’abriter au chaud.
  • Est omnivore. En été, l’Étourneau sansonnet mange surtout des insectes. En fin de saison, il dévore des graines, des céréales et des petits fruits. Il se nourrit en marchant et en piquant le sol avec son bec.
  • S’adapte très bien aux nouveaux environnements.
  • A une très grande capacité de reproduction.
  • Fait son nid à l’intérieur des cavités à sa disposition, comme les troncs d’arbres, les nichoirs et les crevasses des édifices ou des parois rocheuses. Il lui arrive de parasiter le nid d’autres espèces, et même le nid de ses congénères.
  • Sait reproduire le chant d’autres oiseaux. Les étourneaux sansonnets les plus performants sont capables d’imiter une vingtaine de sons d’oiseaux. Certains peuvent même reproduire des sons étranges, comme celui d’une scie mécanique ou d’une alarme d’auto.
  • A un goût développé. L’étourneau sansonnet peut distinguer le goût du sel, de l’acide citrique et des tanins. Il fait même la différence entre le saccharose (sucre de table) et d’autres types de sucres.

Ma relation avec les humains

  • L’étourneau sansonnet vient d’Europe. Il a été introduit au Central Park, à New York, en 1890. En moins de 100 ans, les populations sont passées de 100 individus à 200 millions. L’étourneau sansonnet a étendu son territoire du Mexique à l’Alaska. Comme il porte préjudice aux espèces indigènes qui nichent dans les cavités, plusieurs programmes d’éradication ont été entrepris, mais en vain.
  • Il adore les cultures de petits fruits. Il dévore aussi les insectes nuisibles, comme les charançons, les vers gris, les scarabées, les sauterelles et même les diptères qui tourmentent le bétail.
  • En groupe, il est très bruyant.
  • En ville, ses déjections peuvent abîmer les monuments qui lui servent de dortoir.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Pour ne pas voir l’étourneau sansonnet chez soi :
  • Limiter les surfaces de pelouse et planter des arbres.
  • S’assurer qu’il ne puisse pas entrer dans les nichoirs, en utilisant des modèles munis de petits trous.
  • Utiliser des mangeoires avec de petits perchoirs sur lesquels il ne peut pas se percher.
  • Utiliser des modèles de mangeoires avec un grillage qui ne laisse passer que les petits oiseaux.

Villes participantes où cet animal a été vu