Roselin familier

Carpodacus mexicanus

Un petit citadin d’Amérique du Nord

Image d'un roselin familier vivant, vu de profil, tête vers la droite, perché sur une branche.

Description de l'animal

  • Petit passereau rosé.
  • Poitrine, visage et croupion du mâle rouge rosé; reste du corps brun, rayé de beige. L’intensité du rouge dépend des pigments qui se trouvent dans l’alimentation au moment de la mue. Ainsi, tous les roselins n’arborent pas la même teinte. Les mâles les plus rouges sont les plus populaires auprès des femelles.
  • Femelle au plumage brun-gris, avec des stries épaisses et floues sur le corps, mais pas sur la tête. Elle est plus petite que le mâle.
  • Bec court et droit adapté à un régime granivore.

Habitat et besoins

  • Vit et mange en groupe aux mangeoires, dans les arbres ou au sol.
  • Se déplace en bondissant.
  • Se repose parfois sur les branches les plus élevées des arbres ou sur les fils électriques.
  • Est exclusivement végétarien. Le roselin mange des graines, des bourgeons et des fruits. Il est l’un des rares oiseaux à nourrir ses petits que de végétaux.
  • S’est adapté à toutes sortes d’environnements. En ville, il fréquente les places publiques, les parcs, les cours et les jardins. Il niche dans les buissons, les bosquets, les cavités naturelles et même sur les immeubles.
  • Pendant la parade nuptiale, le mâle fait semblant de nourrir la femelle plusieurs fois avant de lui régurgiter dans le bec. C’est la femelle qui construit le nid.
  • Certains roselins affrontent les rigueurs de l’hiver; d’autres font une courte migration vers le Sud.

Ma relation avec les humains

  • Le roselin familier vient de l’Ouest américain. Dans les années 1940, un commerçant de l’état de New York qui gardait illégalement des roselins en captivité en a relâché dans la nature. Les populations sont en croissance : à certains endroits, les roselins ont délogé les moineaux domestiques, une autre espèce introduite.
  • Comme d’autres oiseaux envahisseurs, on pourrait le trouver détestable, mais il a du charme et chante bien.
  • Les producteurs de fruits et de céréales ont de bonnes raisons de ne pas trop l’aimer : en groupe, le roselin peut causer des dégâts importants aux champs.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • Si sa présence est désirée, on peut remplir les mangeoires de petites graines de toutes sortes. Attention! le roselin la videra rapidement!
  • L’espèce a déjà été victime d’une épidémie, une conjonctivite à mycoplasme. Les mangeoires sont des endroits propices à la prolifération des microbes. Pour éviter la propagation de maladies, désinfecter régulièrement les mangeoires et attendre qu’elles soient bien sèches avant d’y verser d’autres graines.

Villes participantes où cet animal a été vu