Crapaud d’Amérique

Anaxyrus americanus

Un habitué des jardins des villes

Image d'un crapaud d’Amérique vivant, vu de biais, tête vers la droite, son ventre est apparent.

Description de l'animal

  • Anoure de taille moyenne. Le mâle mesure entre cinq et dix centimètres. La femelle est plus grande : sa taille détermine le nombre d’œufs qu’elle peut pondre.
  • Corps couvert de petites bosses semblables à des verrues. Chaque « verrue » est une glande qui produit une substance blanche et gluante qui décourage les prédateurs.
  • Coloration beige, brunâtre ou rougeâtre.
  • Glandes à venin derrière chaque œil.
  • Gorge noire durant la saison des amours.
  • Pattes arrière pas très longues, munies de petites bosses qui l’aident à déplacer la terre et à creuser le sol pour mieux se cacher. Le crapaud d’Amérique saute moins loin que la grenouille.

Habitat et besoins

  • Vit dans les jardins, les forêts de feuillus et les forêts de conifères.
  • S’adapte assez bien à différents milieux.
  • Se nourrit d’une grande variété d’invertébrés : insectes terrestres, limaces, araignées, escargots et vers de terre.
  • Pond des cordons d’œufs dans l’eau des étangs. La femelle peut avoir jusqu’à 20 000 œufs, mais une bonne partie de la ponte se fait manger par les prédateurs.
  • Supporte mieux la sécheresse que les grenouilles, puisqu’il emmagasine de l’eau dans sa vessie.
  • Utilise ses glandes à venin pour faire face aux prédateurs. Le crapaud se gonfle et se dresse sur ses pattes arrière pour avoir l’air plus effrayant. Parfois, il urine sur son corps pour être plus repoussant.
  • Vers la fin de novembre, il se creuse un trou dans le sol pour y passer l’hiver. Son trou doit être à une profondeur suffisante pour éviter de geler. Le crapaud y reste jusqu’au début du mois d’avril.
  • Ne boit pas d’eau, mais absorbe l’humidité à travers sa peau.
  • Peut vivre jusqu’à dix ans.

Ma relation avec les humains

  • On entend souvent son appel d’accouplement pendant les nuits de mai et de juin. Chaque année, les crapauds reviennent par centaines dans leurs lieux de reproduction habituels.
  • Les jardiniers et les agriculteurs aiment bien le crapaud, car il les débarrasse de nombreux insectes et d’autres invertébrés nuisibles.
  • Contrairement à la croyance, on n’attrape pas de verrues en le touchant. Toutefois, ses sécrétions sont suffisamment toxiques pour justifier un bon lavage de mains.

Conseils pour vivre en bon voisinage

  • C’est possible qu’il urine lorsqu’on le capture.

Villes participantes où cet animal a été vu