Musée des Ursulines de Trois-Rivières
Trois-Rivières, Québec

Galerie Vignettes Histoires Contactez-nous Recherche
 

Sur les bancs d'école

 

 

TRANSCRIPTION

Le fait qu'on avait des profs qui venaient du séminaire, fallait s'ajuster aux heures de liberté de ces profs, parce qu'ils enseignaient au séminaire, ils enseignaient ici. Et, l'abbé Bordeleau avait un cours à 4h, 4 à 5. Mais, il avait pris l'habitude d'arriver en retard. Alors, le cours commençait à 4h10, 4h15. Quand t'es pensionnaire, ça te dérange pas. Quand t'es externe, t'as un autobus à prendre pour le Cap, la banlieue dans le temps, ça te dérange, parce qu'il y en a pas à tous les dix (10) minutes. Alors, à un moment donné, il y a sept (7) filles, pis six (6)religieuses qui suivent le cours de métaphysique. Alors ... Pis, en arrière de la classe, il y a ce qu'on appelait, t'sais, les gros cadrans, les Big Ben. Et là, tout le monde l'entend, pis tout le monde le voit. Alors, à un moment donné, il y a des externes qui ont dit : « Bien, nous autres … Bien, il va falloir qu'il apprenne à être ici à 4h ». Fait qu'en l'attendant, elles montent le réveil pour qu'il sonne. Et, Monsieur l'abbé arrive en retard. Le cours commence. Tout le monde est dans le cours. Tout à coup, à 5h, ça part ça. Même celles qui l'avaient monté, on fait le saut. On était dans le cours, vous voyez les six (6) religieuses ? Alors, l'abbé Bordeleau a coupé son mot en deux, il ramasse son volume, pis il le ferme, pis il dit: « Je pense que ça veut dire de s'en aller ». Il se lève, se met à genoux sur la tribune comme il faisait toujours après le cours, récite son 'Sub tuum praesidium'. Il se relève delà, il dit : « Mes gars m'auraient jamais fait ça ». Pis, il part. Il a toujours été à l'heure, après.

Monique Laliberté
Étudiante au CMI de 1947 à 1950

 

Imprimer la page

Avis importants  
© RCIP 2019. Tous droits réservés