« Polycarpe, évêque de Smyrne (décédé vers 155) est arrêté au cours d’un festival public et ses accusateurs lui demandent : " Quel mal y a-t-il à dire ’César est le Seigneur’ et à offrir de l’encens si c’est pour sauver ta vie ? " Et Polycarpe, qui est mort au bûcher à cause de sa foi, leur répond : " Pendant quatre-vingt-six ans, j’ai été le serviteur [de Jésus-Christ], et il ne m’a jamais fait aucun mal. Alors comment puis-je blasphémer mon Roi qui m’a sauvé " ? »

Le martyre de Polycarpe

Quand Ponce Pilate demande à Jésus s’il est roi, il lui pose une question qui a nourri la réflexion des penseurs chrétiens et non chrétiens depuis le Ier siècle. Le Christ est-il roi ? S’il l’est, sur quel royaume exerce-t-il sa royauté ? La pertinence de ces questions avait quelque chose de déchirant dans le contexte de l’Empire romain où les rapports entre foi et pouvoir avaient constamment à être renégociés. Après le déclin de cet empire, de très nombreux auteurs se sont posé la question de la royauté du Christ, aboutissant à diverses positions philosophiques - souvent contradictoires - sur les implications politiques de la vie et des enseignements de Jésus. Les questions que soulèvent la royauté de Jésus ont suscité de houleux débats et fait couler beaucoup de sang, sans qu’une solution définitive ne paraisse imminente, voire possible. Reste donc à revenir - et à revenir sans cesse - à la question que le procureur romain à posée à un paysan galiléen il y a deux mille ans : « Tu es donc roi ? »
RCIP- Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Art Gallery of Ontario, Gandhi Memorial Museum, Malcove Collection, University of Toronto, Musée de la civilisation,

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons