« … je suis crucifié avec le Christ; et ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. »

Ga 2, 19-20.

À qui les chrétiens doivent-ils allégeance, au Christ ou à César ? La façon dont les membres de la communauté ecclésiale primitive répondaient à cette question fondamentale déterminait s’ils restaient en vie ou étaient envoyés à la mort. L’histoire des premiers chrétiens baigne dans une rivière de sang, le sang des martyrs qui refusaient de rejeter le Christ roi et de se soumettre à César, l’empereur. La liste de ces martyrs est longue. Mentionnons le noble évêque Polycarpe (v. 69-v. 155), incapable de maudire le Sauveur à qui il devait le salut; les saintes Perpétue (203) et Félicité (203), qui se sont donné un dernier chaste baiser avant d’être sauvagement livrées aux bêtes dans l’arène; et Blandine (177), l’intrépide esclave, qui opposa une résistance presque surhumaine à ses tortionnaires au point de les épuiser. Pendant près de trois cents ans après la crucifixion de Jésus, les chrétiens ont dû professer leur foi en en assumant toutes les conséquences existentielles, répondant à des questions qui déterminaient non seulement la façon dont ils vivaient mais, dans bien des cas, celle dont ils mouraient.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, The Provincial Museum of Alberta,
Art Gallery of Ontario, Gandhi Memorial Museum, Malcove Collection, University of Toronto, Musée de la civilisation,

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons