Image de lignes de téléphone et d’arbres écrasés par le verglas

Les élèves utiliseront une carte-affiche pour explorer les causes et les effets des risques naturels sur les différentes régions du monde.

Société géographique royale du Canada
vers
Catastrophes naturelles
Catastrophes naturelles
2012-1
© 2013, Société géographique royale du Canada. Tous droits réservés.


Catastrophes naturelles

Aperçu de la leçon

Les élèves utiliseront une carte-affiche de 1996 pour explorer les causes et les effets des risques naturels sur le Canada et les différentes régions du monde. Ils utiliseront un cadre de réflexion géographique pour explorer les nombreux aspects différents des risques naturels.

Niveau ciblé

Ontario – Géographie 9e année

Durée

Deux leçons au total

Liens avec le programme d’études

Ontario – Géographie 9e année

* Analyser les facteurs locaux et régionaux ayant une incidence sur les systèmes naturels et humains du Canada
* Analyser les Pour en lire plus
Catastrophes naturelles

Aperçu de la leçon

Les élèves utiliseront une carte-affiche de 1996 pour explorer les causes et les effets des risques naturels sur le Canada et les différentes régions du monde. Ils utiliseront un cadre de réflexion géographique pour explorer les nombreux aspects différents des risques naturels.

Niveau ciblé

Ontario – Géographie 9e année

Durée

Deux leçons au total

Liens avec le programme d’études

Ontario – Géographie 9e année

* Analyser les facteurs locaux et régionaux ayant une incidence sur les systèmes naturels et humains du Canada
* Analyser les façons dont les systèmes naturels interagissent avec les systèmes humains et faire des prédictions sur les résultats de ces interactions
* Décrire comment la géographie diversifiée du Canada influe sur ses liens économiques, culturels et environnementaux avec d’autres pays
* Analyser les connexions entre le Canada et d’autres pays
* Expliquer comment les systèmes naturels et humains évoluent au fil du temps et d’un lieu à l’autre
* Prédire les effets des changements actuels ou attendus dans la géographie du Canada sur le bien être économique, social et environnemental futur du Canada
* Utiliser les méthodes et les outils de la recherche en géographie pour trouver, recueillir, évaluer et organiser l’information sur les systèmes naturels et humains du Canada

Ressources supplémentaires, matériel et équipement

* Ordinateur ou projecteur pour présenter les vidéos et les objets d’apprentissage
* Ordinateurs pour la recherche par les étudiants
* Étiquettes de nom pour les discussions en jeu de rôle (en annexe)


Objectif général

L’objectif principal de la leçon est de permettre aux élèves de découvrir les différents aspects des risques naturels. Ils exploreront les causes et les effets de six risques naturels différents sous des angles variés.

Résultats de la leçon

À la fin de la leçon, les élèves pourront :

* Expliquer les causes de six risques naturels différents
* Explorer leurs effets sur l’environnement physique
* Explorer comment ils touchent les êtres humains dans les différentes régions du Canada et du monde.
* Répertorier des sources d’information fiables

Introduction

Commencer la leçon par un visionnement de séquences d’actualités portant sur des catastrophes naturelles récentes et engager les élèves dans une brève discussion sur les risques naturels – qu’en savent-ils déjà?

Présenter l’objet d’apprentissage (la carte-affiche). Expliquer qu’il s’agit d’une carte thématique créée en 1996. Lancer une discussion sur ce qu’ils pensent de la carte. Que nous dit-elle? Pourquoi a-t-elle été créée? Est-elle efficace?

Les élèves regarderont les séquences d’actualités et participeront à la discussion.

Les élèves examineront l’information sur la carte et en analyseront l’efficacité. Ils expliqueront ce qu’ils ont appris en examinant la carte.
Développement

Partie 1 : causes

En groupes, demander aux élèves d’effectuer des recherches sur les causes de l’une des six catastrophes naturelles présentées sur l’affiche.

Partie 2 : effets

Dans les mêmes groupes, demander aux élèves de poursuivre les recherches sur les mêmes catastrophes que dans la partie 1, en examinant cette fois les effets sur les systèmes naturels et humains.

Partie 3 : discussion

Assigner un rôle à chaque élève (cartes en annexe). À partir de l’information recueillie dans leurs groupes durant la partie 1 et la partie 2, les élèves participeront à une discussion en classe à propos des catastrophes naturelles, en jouant le rôle indiqué sur leur carte (fermier, gouvernement, travailleur humanitaire, journaliste, etc.).

Les élèves travailleront en petits groupe pour chercher efficacement les causes des différents dangers.

Les élèves travailleront dans les mêmes groupes pour poursuivre leurs recherches sur les effets des dangers naturels.

À partir des recherches faites et de la carte du rôle qui leur a été attribué, les élèves participeront activement à la discussion en classe.

Conclusion

Rappeler aux élèves que cette carte a été créée en 1996. Diriger une dernière discussion sur les différences qui ressortiraient si la carte était réalisée aujourd’hui. La carte aurait-elle le même aspect? Quels événements ou risques devraient être ajoutés, etc.?

Les élèves travailleront ensemble pour déterminer les changements qui devraient être apportés à l’objet d’apprentissage pour le rendre plus précis et lui permettre d’être utilisé aujourd’hui.

Enrichissement

* Les élèves peuvent faire des recherches sur l’aspect qu’aurait la carte aujourd’hui et en rédiger/dessiner une nouvelle version.
* En examinant des catastrophes similaires dans différents lieux du monde, les élèves pourraient utiliser les mêmes rôles pour explorer en quoi l’effet diffère pour différentes régions du monde.
* Les élèves peuvent communiquer avec un organisme d’aide local et aider aux secours aux sinistrés.

Évaluation

L’évaluation peut porter sur les compétences de recherche, le travail d’équipe et la coopération, la réflexion géographique et la capacité de synthétiser l’information. Les recherches faites par chaque groupe ainsi que leur compréhension et leur participation aux discussions du jeu de rôle peuvent aussi être évaluées.

Lectures complémentaires

Sécurité publique Canada – Catastrophes naturelles du Canada
http://www.securitepublique.gc.ca/res/em/nh/index-fra.aspx

Atlas du Canada : Catastrophes naturelles
http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/maps/environment/naturalhazards

Science et technologies pour les canadiens – Catastrophes naturelles
http://www.science.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=A91B46AE-1

Centre for Natural Hazards Reserach (anglais seulement)
http://www.vpl.ca/cpr/history.html

Liens avec les Normes nationales canadiennes en géographie

Habiletés géographiques :

* Trouver et recueillir de façon systématique l’information géographique dans une variété de sources primaires et secondaires.
* Faire des inférences et tirer des conclusions à partir de cartes et d’autres représentations géographiques.

Six éléments essentiels :

1. Monde et spatialité
* N / A

2. Lieux et régions
* Les processus humains et physiques donnent leur forme aux lieux et aux régions
* Enjeux et problèmes critiques des lieux et des régions

3. Systèmes physiques
* Modèles mondiaux d’événements climatiques extrêmes

4. Systèmes humains
* N / A

5. Environnement et société
* Effets mondiaux des modifications anthropiques de l’environnement physique
* Effets mondiaux des changements dans l’environnement physique sur l’environnement humain
* Effets des catastrophes et des risques naturels majeurs sur l’humanité.

6. Les utilités de la géographie
* N / A

Annexe 1 – Étiquettes de noms pour la discussion

Journalist

Fermier

Travailleur humanitaire

Député

Parent

Agent d’assurance

Propriétaire d’entreprise

Fonctionnaire d’aéroport

Représentant des transports en commun

Travailleur communautaire en logement

Services d’urgence

Services médicaux

© 2013, Royal Canadian Geographical Society. Tous droits réservés.

Image d'un carte des catastrophes naturelles qui ont eu lieu au Canada

Un regard historique sur les catastrophes naturelles enregistrées dans l'histoire canadienne depuis les années 1600.

Canadian Geographic

© 2013, Royal Canadian Geographical Society. Tous droits réservés.


La nature frappe aveuglément et inexorablement : pour atténuer ses effets, il faut les prévoir et se préparer

 

Le Canada, bordé par trois océans, couvre six fuseaux horaires, de la toundra à la forêt tempérée. Son relief varie de la montagne à la plaine. Son climat va de polaire à tempéré, avec des pluies incessantes et des sécheresses, des froids sibériens et des chaleurs accablantes. 

 

Avec une morphologie et un climat aussi contrastés, le risque de phénomènes extrêmes, qui surviennent au milieu de la nuit, surgissent de la brume ou déferlent du ciel, est toujours présent. Avec eux arrivent de tragédies humaines. Notre terre ferme ne l’est pas tant que ça. De grands séismes ont eu lieu dans le passé sur la côte du Pacifique, dans le Grand-Nord et la vallée du Saint-Laurent, et sur les Grands Bancs de Terre-Neuve. Des éboulis peuvent survenir en montagne; avec les avalanches, ils ont fait passablement de victimes. Des glissements de terrain se produisent sur les pentes argileuses instables, au prix de vies humaines et de maisons détruites.

 

La mer, souvent si sereine, peut se déchaîner. Le mauvais temps est à l’origine de 80 % des tragédies marines. Le vent, les glaces et le brouillard sont les ennemis redoutables des navires et de leur équipage. Sur terre, les tempêtes ne sont pas moins violentes : le vent, la pluie et la grêle ont dévasté campagnes et villes. Les inondations, quant à elles, ont apporté misère et tourments à d’innombrables Canadiens.

 

On a longtemps considéré les catastrophes naturelles comme inévitables. L’histoire et la mythologie sont remplies de récits de telles catastrophes. Le fatalisme de nos craintes est ancienne, mais nous savons aujourd’hui qu’en prenant des mesures raisonnées, on peut souvent prévenir les catastrophes ou en réduire l’impact.

 

Depuis dix ans, les compagnies d’assurances ont versé plus d’un milliard de dollars pour indemniser les Canadiens des pertes et dommages causés à leur maison, leur entreprise ou leur véhicule par les catastrophes naturelles. En moyenne, les assureurs versent plus de 100 millions par an en indemnités liées aux orages, à la grêle, au vent, aux inondations et aux autres phénomènes naturels. Ces sommes considérables sont insignifiantes en comparaison de ce que coûterait un tremblement de terre violent dans une grande ville. Une étude récente évalue entre 14 et 32 milliards de dollars les pertes causées par un tel séisme à Vancouver.

 

Le coût des secours étrangers lors de catastrophes – à distinguer de l’aide au développement - a triplé depuis quelques années. Les coûts de reconstruction peuvent être astronomiques. Les plans de développement qui intègrent la prévention des catastrophes naturelles peuvent donc sauver des vies et des biens matériels.

 

Quand survient une catastrophe naturelle, une intervention planifiée et rapide est précieuse. Au niveau fédéral, Protection civile Canada, de concert avec les provinces, élabore des programmes de préparation aux urgences. L’organisme surveille les crises appréhendées et réelles, et coordonne ou appuie les plans d’intervention. Tous nos paliers de gouvernement : municipal, provincial et fédéral, disposent de services chargés d’assurer la protection civile. Le Canada participe également à la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles de l’ONU, crée en 1989, pour réduire le coût des catastrophes en vies humaines et en dommages matériels. Comme la population mondiale augmente sans cesse et que les zones peuplées s’étendent, le danger potentiel des typhons, des tsunamis et des séismes s’accroît d’autant.

 

 

Les dangers marins guettent près des côtes : beaucoup de nos mers côtières se couvrent de banquise et d’icebergs qui peuvent menacer nos structures en mer, les pêcheurs et les navires. C’est un iceberg qui a déchiré la coque du Titanic en avril 1912, entraînant 1 500 personnes dans la mort.

 

Les tornades sont des colonnes de vents caractéristiques qui tournent à grande vitesse et passent rapidement, en dévastant tout ce qui se trouve sur leur chemin. Ils sont imprévisibles, fauchant parfois largement sur leur passage, parfois effleurant le sol ça et là; dans tous les cas, ils déracinent les arbres, renversent les voitures, éventrent les maisons. Le Canada est probablement plus touché par les tornades que tout autre pays, sauf les États-Unis. Le sud-ouest de l’Ontario et certaines régions des Prairies y sont particulièrement exposés.

 

Les raz-de-marée ou tsunamis sont des vagues géantes produites par des phénomènes sous-marins comme les séismes, les glissements de terrain ou les éruptions volcaniques. Ils prennent souvent naissance modestement, en pleine mer, mais peuvent empiler plus de 30 m d’eau sur les côtes. Leurs dégâts peuvent être terrifiants.

 

Les glissements de terrain et les avalanches ont fait plus de 600 victimes au Canada depuis 1840, et causé des milliards de dollars de dégâts matériels. Les déplacements du sol surviennent dans toutes les régions du pays, quel que soit le relief, tandis que les avalanches ont lieu dans les montagnes enneigées. Parmi les dangers, mentionnons les débris en mouvement, l’effondrement du sol sous les bâtiments et des effets secondaires comme l’embâcle des cours d’eau et les vagues causées par les glissements de terrain.

 

Les séismes ou tremblements de terre sont probablement les catastrophes naturelles les plus dangereuses. Ils ont fait plus d’un million de victimes durant le 20e siècle dans le monde. On ne les perçoit généralement pas comme un grand danger au Canada, mais chaque année au pays, une cinquantaine de séismes sont assez forts pour être ressentis par la population. En outre, les séismographes des Levés géologiques du Canada enregistrent plus 1 400 petits tremblements de terre chaque année.

 

La grêle se forme au cœur des nuages. La vapeur présente dans l’air chaud qui monte rapidement dans les courants de convection se condense en eau en altitude, et retombe en averses abondantes. S’il fait suffisamment froid en haute altitude, cette eau forme des billes de glace, les grêlons, en se condensant de plus en plus autour de particules de poussière arrachée au sol ou d’autres débris. Quand les grêlons deviennent trop lourds pour les courants ascendants, ils retombent sous forme de grêle. En grossissant au contact de l’eau dans leur chute, les grêlons deviennent plus dangereux.

 

Les inondations constituent la première catastrophe naturelle en importance au pays en termes de dégâts matériels; elles peuvent survenir dans toutes les régions, à la campagne comme en ville, à peu près à tout moment de l’année. Elles ont touché des centaines de milliers de Canadiens. La plupart des inondations se produisent quand une rivière sort de son lit parce que son débit est trop fort. Une inondation survient aussi au bord des lacs gonflés par les eaux de fonte ou les pluies, et sur les côtes frappées par les vagues de tempête.

 

Les volcans nous semblent plutôt exotiques. Pourtant, il y a un cas documenté d’éruption volcanique au pays dans les temps historiques et plusieurs volcans assoupis dans l’Ouest canadien, notamment dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. Toute la cordillère, en Colombie-Britannique et au Yukon, demeure géologiquement active, et l’échelle géologique se rit de nos horloges. On ne peut donc écarter la possibilité d’une éruption, peut-être considérable et explosive. Même au repos, nos volcans de la côte Ouest font partie de l’« Anneau de feu du Pacifique ».

 


© 2013, Royal Canadian Geographical Society. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’objectif principal de la leçon est de permettre aux élèves de découvrir les différents aspects des risques naturels. Ils exploreront les causes et les effets de six risques naturels différents sous des angles variés.




Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons