Il y a 1000 ans, des Européens débarquent à L’Anse-aux-Meadows à Terre-Neuve, territoire occupé par les Béothuks. Le Newfoundland Museum à St. John’s a réalisé Le Grand Cercle, une exposition itinérante où est évoquée la rencontre entre ces deux peuples. Cette exposition a circulée dans les musées canadiens jusqu’en avril 2002.

Quels sont les premiers Européens à débarquer à Terre-Neuve ?
Il y a 1000 ans, des Européens débarquent à L’Anse-aux-Meadows à Terre-Neuve, territoire occupé par les Béothuks. Le Newfoundland Museum à St. John’s a réalisé Le Grand Cercle, une exposition itinérante où est évoquée la rencontre entre ces deux peuples. Cette exposition a circulée dans les musées canadiens jusqu’en avril 2002.

Quels sont les premiers Européens à débarquer à Terre-Neuve ?

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Maison de tourbe

Maison de tourbe au camp de L'Anse-aux-Meadows, Terre-Neuve

Newfoundland Museum

© Newfoundland Museum


Il y a plus de cent mille ans, nos ancêtres quittaient l’Afrique pour aller explorer des terres lointaines où ils pourraient s’installer, ce qui les mena aux quatres coins de la terre. Certains d’entre eux partirent vers la gauche en direction de l’Europe, et d’autres choisirent la droite vers l’Asie. Il ne fallut pas beaucoup de temps à ceux qui avaient pris la direction de l’Europe pour se retrouver devant cette infranchissable barrière qu’était l’océan Atlantique.

Nos ancêtres qui étaient partis dans l’autre direction découvrirent quant à eux un vaste monde. Ils traversèrent l’Asie jusqu’au détroit de Béring, le passage vers l’Amérique du Nord. Lorsqu’ils mirent pied sur l’île de Terre-Neuve il y a 5 000 ans, ils ne pouvaient pas savoir qu’ils se trouvaient de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Ce seront les Vikings qui fermeront le cercle. Ambitieux et motivés par le désir de trouver de nouvelles terres, ils s&rsqu Pour en lire plus
Il y a plus de cent mille ans, nos ancêtres quittaient l’Afrique pour aller explorer des terres lointaines où ils pourraient s’installer, ce qui les mena aux quatres coins de la terre. Certains d’entre eux partirent vers la gauche en direction de l’Europe, et d’autres choisirent la droite vers l’Asie. Il ne fallut pas beaucoup de temps à ceux qui avaient pris la direction de l’Europe pour se retrouver devant cette infranchissable barrière qu’était l’océan Atlantique.

Nos ancêtres qui étaient partis dans l’autre direction découvrirent quant à eux un vaste monde. Ils traversèrent l’Asie jusqu’au détroit de Béring, le passage vers l’Amérique du Nord. Lorsqu’ils mirent pied sur l’île de Terre-Neuve il y a 5 000 ans, ils ne pouvaient pas savoir qu’ils se trouvaient de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Ce seront les Vikings qui fermeront le cercle. Ambitieux et motivés par le désir de trouver de nouvelles terres, ils s’aventurèrent de plus en plus loin de l’Europe dans des knarrs, de solides embarcations capables d’affronter l’océan. Leurs périples les menèrent de la Scandinavie jusqu’aux archipels des Orcades et Féroé, puis en Islande, puis au Groenland...

Au début de l’été de l’an 1000, Leif Ericson et son équipage quittèrent le Groenland pour aller explorer de nouvelles terres. Les Vikings découvrirent ainsi de vastes étendues sauvages déjà habitées par des aborigènes qu’ils surnommèrent les « Skraelings ». Les Vikings s’apprêtaient à rencontrer les descendants de ceux qui, cent mille ans auparavant, s’étaient dirigés vers l’Europe, alors que leurs ancêtres étaient allés vers l’Asie.

L’humanité avait complété le cercle.

Comme les îles du nord de l’Atlantique étaient inhabitées avant l’arrivée des Vikings, Terre-Neuve et le Labrador présentèrent un défi aux explorateurs. Les Skraelings auxquels font référence les Vikings autour de l’an 1000 sont probablement de la nation des Indiens récents, qui inclut les ancêtres Innu du Labrador, les ancêtres Béothuks de Terre-Neuve et les ancêtres de la nation Micmac du St-Laurent et des provinces maritimes. « Skraelings » fait aussi référence aux Inuits du Groenland et du nord de l’Arctique (v.1200-1440) et aux Paléo-Esquimaux du Dorset (v.1000) dans le nord de l’Arctique. Tous ces habitants, du nord de l’Arctique jusqu’aux provinces maritimes, étaient des chasseurs-cueilleurs et des chasseurs-pêcheurs.

Les sagas vikings décrivent les rencontres entre les deux cultures comme assez brèves - parfois calmes, parfois violentes. En moins de vingt ans, les Vikings avaient quitté leur camp de L’Anse-aux-Meadows pour le Groenland. On ne peut que spéculer sur les raisons de ce départ.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Les premiers Européens à venir s’établir à Terre-Neuve étaient :

1. Les Vikings
2. Les Basques
3. Les Normands
Les premiers Européens à venir s’établir à Terre-Neuve étaient :

1. Les Vikings
2. Les Basques
3. Les Normands

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

En 1720, des Européens commencent à s’installer sur une île qu’ils nomment alors l’Isle St-Jean. Les Micmacs occupaient déjà cette île depuis près de deux mille ans. Le Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard raconte l’histoire d’un peuple de langue française présent sur l’Île depuis bientôt trois siècles.

En langue micmaque, que signifie « cadie » ?
En 1720, des Européens commencent à s’installer sur une île qu’ils nomment alors l’Isle St-Jean. Les Micmacs occupaient déjà cette île depuis près de deux mille ans. Le Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard raconte l’histoire d’un peuple de langue française présent sur l’Île depuis bientôt trois siècles.

En langue micmaque, que signifie « cadie » ?

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

On attribue à l’explorateur italien, Giovanni Verrazano, l’origine du toponyme « Acadie ». Lors d’un voyage d’exploration pour le roi de France en 1524, il baptise « Arcadia » une partie de la côte atlantique des États-Unis, soit la région de la Virginie. Impressionné par la beauté du paysage, ce lieu lui rappelle l’Arcadie de la Grèce antique. Cependant, les cartographes qui le suivent déplacent non seulement le toponyme vers le nord (la Nouvelle-Écosse péninsulaire d’aujourdhui), mais le modifient également à Larcadia, Cadie, La Cadie et enfin à l’Acadie.

Certains croient aussi à une influence de la langue micmaque dans le toponyme Acadie. En Micmac, l’expression « cadie » signifie lieu d’abondance. On retrouve ce mot dans les toponymes tels « Tracadie » et « Shubenacadie ».
On attribue à l’explorateur italien, Giovanni Verrazano, l’origine du toponyme « Acadie ». Lors d’un voyage d’exploration pour le roi de France en 1524, il baptise « Arcadia » une partie de la côte atlantique des États-Unis, soit la région de la Virginie. Impressionné par la beauté du paysage, ce lieu lui rappelle l’Arcadie de la Grèce antique. Cependant, les cartographes qui le suivent déplacent non seulement le toponyme vers le nord (la Nouvelle-Écosse péninsulaire d’aujourdhui), mais le modifient également à Larcadia, Cadie, La Cadie et enfin à l’Acadie.

Certains croient aussi à une influence de la langue micmaque dans le toponyme Acadie. En Micmac, l’expression « cadie » signifie lieu d’abondance. On retrouve ce mot dans les toponymes tels « Tracadie » et « Shubenacadie ».

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

En micmac, « cadie » signifie :

1. Lieu d’abondance
2. Grèce antique
3. Beauté du paysage
En micmac, « cadie » signifie :

1. Lieu d’abondance
2. Grèce antique
3. Beauté du paysage

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

En 1912, un paquebot qu’on croyait insubmersible heurte un iceberg dans l’Atlantique Nord et sombre avec plus de 1500 personnes à bord. Le Maritime Museum of the Atlantic en Nouvelle-Écosse possède quelques-uns des rares artefacts réchappés de ce naufrage, notamment une chaise longue.

Sur quel paquebot se trouvait cette chaise?
En 1912, un paquebot qu’on croyait insubmersible heurte un iceberg dans l’Atlantique Nord et sombre avec plus de 1500 personnes à bord. Le Maritime Museum of the Atlantic en Nouvelle-Écosse possède quelques-uns des rares artefacts réchappés de ce naufrage, notamment une chaise longue.

Sur quel paquebot se trouvait cette chaise?

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Chaise

Ce fauteuil de pont du Titanic se trouve au Maritime Museum de la Nouvelle-Écosse.

Maritime Museum of Atlantic Canada

© 2009, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Le nom du navire sur lequel se trouvait le fauteuil est :

1. Exxon Valdez
2. Empress of Ireland
3. Titanic
Le nom du navire sur lequel se trouvait le fauteuil est :

1. Exxon Valdez
2. Empress of Ireland
3. Titanic

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, a été la première cité canadienne à se constituer en municipalité. Saint-Jean a une autre particularité : elle possède le plus ancien musée du Canada. Ce dernier abrite une remarquable collection de sciences naturelles et une des plus grandes collections d’art décoratif du XIXe siècle.

En quelle année remonte l’origine du musée ?
Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, a été la première cité canadienne à se constituer en municipalité. Saint-Jean a une autre particularité : elle possède le plus ancien musée du Canada. Ce dernier abrite une remarquable collection de sciences naturelles et une des plus grandes collections d’art décoratif du XIXe siècle.

En quelle année remonte l’origine du musée ?

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Bien que plusieurs personnes sachent que Saint-John, Nouveau-Brunswick, est la plus ancienne cité constituée au Canada, très peu sont au courant que cette ville abrite le plus ancien musée au Canada! Le Musée du Nouveau-Brunswick a été créé officiellement comme « Musée provincial » par une loi de la législature en 1929 et il a reçu son nom actuel en 1930. Toutefois, l’origine du musée remonte à quatre-vingt-sept-années auparavant, soit en 1842, grâce au génie fantaisiste d’une personne exceptionnelle.

Le Dr Abraham Gesner est né à Cornwallis, en Nouvelle-Écosse, en 1797. En 1837, il s’est installé au Nouveau-Brunswick où il est devenu géologue à temps plein et, en 1838, il a été nommé géologue provincial pour le Nouveau-Brunswick, le premier à occuper un tel poste au Canada. Lorsque ce poste a été aboli en 1842, M. Gesner a décidé de gagner sa vie en exposant sa collection déjà imposante de roches, de Pour en lire plus
Bien que plusieurs personnes sachent que Saint-John, Nouveau-Brunswick, est la plus ancienne cité constituée au Canada, très peu sont au courant que cette ville abrite le plus ancien musée au Canada! Le Musée du Nouveau-Brunswick a été créé officiellement comme « Musée provincial » par une loi de la législature en 1929 et il a reçu son nom actuel en 1930. Toutefois, l’origine du musée remonte à quatre-vingt-sept-années auparavant, soit en 1842, grâce au génie fantaisiste d’une personne exceptionnelle.

Le Dr Abraham Gesner est né à Cornwallis, en Nouvelle-Écosse, en 1797. En 1837, il s’est installé au Nouveau-Brunswick où il est devenu géologue à temps plein et, en 1838, il a été nommé géologue provincial pour le Nouveau-Brunswick, le premier à occuper un tel poste au Canada. Lorsque ce poste a été aboli en 1842, M. Gesner a décidé de gagner sa vie en exposant sa collection déjà imposante de roches, de minéraux et de « curiosités ».

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Abraham Gesner, fondateur du Musée du Nouveau-Brunswick.

Musée du Nouveau-Brunswick

© Musée du Nouveau-Brunswick


Le Musée du Nouveau-Brunswick a été fondé en :

1. 1842
2. 1929
3. 1846
Le Musée du Nouveau-Brunswick a été fondé en :

1. 1842
2. 1929
3. 1846

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Musée de Terre-Neuve
Les premiers Européens à venir s’établir à Terre-Neuve étaient :
1. Les Vikings

Le Musée acadien
En micmac, « cadie » signifie :
1. Lieu d’abondance

Maritime Museum of the Atlantic
Le nom du navire sur lequel se trouvait le fauteuil est :
3. Titanic

Le Musée du Nouveau-Brunswick
Le Musée du Nouveau-Brunswick a été fondé en :
1. 1842
Musée de Terre-Neuve
Les premiers Européens à venir s’établir à Terre-Neuve étaient :
1. Les Vikings

Le Musée acadien
En micmac, « cadie » signifie :
1. Lieu d’abondance

Maritime Museum of the Atlantic
Le nom du navire sur lequel se trouvait le fauteuil est :
3. Titanic

Le Musée du Nouveau-Brunswick
Le Musée du Nouveau-Brunswick a été fondé en :
1. 1842

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • associer des faits fascinants aux régions maritimes du Canada ;
  • stimuler l’intérêt des étudiants dans l’histoire et la culture du Canada ;
  • prendre conscience de la diversité des musées au Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons