Habitat
Se reproduit à partir du centre de l’Alaska et du Yukon, du sud-ouest du Mackenzie, du nord de la Colombie-Britannique, du sud-ouest de l’Alberta et de la Saskatchewan, jusqu’à l’ouest des États-Unis, à la péninsule de Baja California et au sud du Mexique. Elle passe l’hiver dans le secteur allant du centre de la côte de la Californie jusqu’au sud du Mexique et au nord de l’Amérique centrale.

Répartition en Colombie-Britannique
Sur la côte : oiseau migratoire commun à très abondant au printemps dans le sud-est de l’île de Vancouver et dans toute la partie inférieure de la vallée du Fraser, l’écoprovince Georgia Depression. En été et en automne, visiteur et oiseau migratoire commun à très commun dans ces régions; occasionnellement abondant à l’automne et très rare au début de l’hiver. Oiseau migratoire et visiteur estival rare à commun dans l’ouest de l’île de Vancouver et dans les parties nord et sud de la côte et de l’écoprovince des montagnes; oiseau de passage très rare sur les îles de la Reine-Charlotte.

À l’int Pour en lire plus
Habitat
Se reproduit à partir du centre de l’Alaska et du Yukon, du sud-ouest du Mackenzie, du nord de la Colombie-Britannique, du sud-ouest de l’Alberta et de la Saskatchewan, jusqu’à l’ouest des États-Unis, à la péninsule de Baja California et au sud du Mexique. Elle passe l’hiver dans le secteur allant du centre de la côte de la Californie jusqu’au sud du Mexique et au nord de l’Amérique centrale.

Répartition en Colombie-Britannique
Sur la côte : oiseau migratoire commun à très abondant au printemps dans le sud-est de l’île de Vancouver et dans toute la partie inférieure de la vallée du Fraser, l’écoprovince Georgia Depression. En été et en automne, visiteur et oiseau migratoire commun à très commun dans ces régions; occasionnellement abondant à l’automne et très rare au début de l’hiver. Oiseau migratoire et visiteur estival rare à commun dans l’ouest de l’île de Vancouver et dans les parties nord et sud de la côte et de l’écoprovince des montagnes; oiseau de passage très rare sur les îles de la Reine-Charlotte.

À l’intérieur : oiseau migratoire printanier et visiteur d’été assez commun à très commun dans le centre-sud de la province, dont le sud de l’intérieur et les écoprovinces des montagnes du sud de l’intérieur; oiseau migratoire commun à abondant en automne, occasionnel en hiver. Dans le reste de la province vers le nord, oiseau migratoire et visiteur d’été rare à commun, sauf dans l’extrême nord-est, où il est de passage occasionnellement au printemps dans l’écoprovince de la taïga des plaines.

Reproduction
L’hirondelle à face blanche se reproduit presque partout sur son territoire dans la province. Les plus grands nombres d’individus de cette espèce peuvent être observés dans le sud-est de l’île de Vancouver et dans le bas de la vallée du Fraser de la Georgia Depression. Elle semble s’épanouir à proximité des humains. Bien que l’hirondelle à face blanche niche en solitaire, elle peut aussi se reproduire en colonie, surtout sur les falaises. L’hirondelle à tête blanche s’est bien adaptée à la nidification dans des environnements fabriqués par l’homme tels que des nichoirs, les interstices des maisons, les garages, les étables et autres bâtiments, ainsi que dans des poteaux, des murs de briques et de pierres, et des ponts. Dans la nature, elle fait son nid sur les falaises, dans des chicots et des cavités dans les arbres à feuilles caduques et les conifères. La diversité de ses lieux de nidification fait foi de l’adaptabilité de l’hirondelle à tête blanche; toute cavité sombre possédant une entrée convenable fait l’affaire. Les nids observés étaient de fabrication lâche. La quantité de matière utilisée dépend de la grandeur de la cavité occupée. Le nid est fabriqué d’herbes diverses et contient une petite cuvette au centre ou dans un coin de la cavité. La cuvette est construite d’herbes plus fines et l’intérieur est généreusement recouvert de plumes, des plumes blanches de préférence. La couvée contient de 1 à 8 œufs; plus souvent 4 ou 5.

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Hirondelle à face blanche

Hirondelle à face blanche (Tachycineta thalassina)

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Chant de l’hirondelle à tête blanche

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Sonogramme

Sonogramme de l’hirondelle à tête blanche

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Numéro de bande : M5.175 (01a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : Non disponible
Description du lieu : Non disponible
Nom du lieu : 742, rue St-Patrick, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Choix du lieu de nidification. Je pense que cet enregistrement a été réalisé sur le Magnecorder, mais je n’élimine pas le Nagra. Je ne trouve pas les notes, sauf celles concernant l’habitat et le choix du lieu de nidification.
Date : 1961/06/--
Technicienne : Grace Bell
Numéro de bande : M5.175 (01a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : Non disponible
Description du lieu : Non disponible
Nom du lieu : 742, rue St-Patrick, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Choix du lieu de nidification. Je pense que cet enregistrement a été réalisé sur le Magnecorder, mais je n’élimine pas le Nagra. Je ne trouve pas les notes, sauf celles concernant l’habitat et le choix du lieu de nidification.
Date : 1961/06/--
Technicienne : Grace Bell

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Habitat
Se reproduit à partir de l’ouest et du centre de l’Alaska tout le long du centre-nord du Canada jusqu’à la partie centrale de Terre-Neuve-et-Labrador, et vers le sud, jusqu’à la péninsule Baja California dans l’ouest; dans l’est, du centre de la Saskatchewan, du Manitoba et des États des Grands Lacs vers le sud jusqu’à New York dans les régions montagneuses, jusqu’à l’est du Tennessee et l’ouest de la Caroline du Nord. Il passe l’hiver en Amérique du Sud, de la Colombie et du Venezuela jusqu’au Pérou et parfois, dans le sud de la Californie.

Reproduction
Le moucherolle à côtés olive se reproduit sur un vaste territoire dans le sud de la province, y compris l’île de Vancouver, bien qu’il se reproduise vraisemblablement dans la plupart des forêts de la Colombie-Britannique, sauf les îles de la Reine-Charlotte. Il est plus abondant dans le sud de l’île de Vancouver, dans l’écoprovince Georgia Depression et dans la partie sud-ouest de l’écoprovince subboréale intérieure. Il semble peu fréquent mais également réparti dan Pour en lire plus

Habitat
Se reproduit à partir de l’ouest et du centre de l’Alaska tout le long du centre-nord du Canada jusqu’à la partie centrale de Terre-Neuve-et-Labrador, et vers le sud, jusqu’à la péninsule Baja California dans l’ouest; dans l’est, du centre de la Saskatchewan, du Manitoba et des États des Grands Lacs vers le sud jusqu’à New York dans les régions montagneuses, jusqu’à l’est du Tennessee et l’ouest de la Caroline du Nord. Il passe l’hiver en Amérique du Sud, de la Colombie et du Venezuela jusqu’au Pérou et parfois, dans le sud de la Californie.

Reproduction
Le moucherolle à côtés olive se reproduit sur un vaste territoire dans le sud de la province, y compris l’île de Vancouver, bien qu’il se reproduise vraisemblablement dans la plupart des forêts de la Colombie-Britannique, sauf les îles de la Reine-Charlotte. Il est plus abondant dans le sud de l’île de Vancouver, dans l’écoprovince Georgia Depression et dans la partie sud-ouest de l’écoprovince subboréale intérieure. Il semble peu fréquent mais également réparti dans d’autres habitats convenables.

L’analyse des Relevés des oiseaux nicheurs de 1968 à 1993 révèle que la quantité d’oiseaux sur les côtes et les circuits intérieurs a diminué de 5 p. 100, en moyenne. Cette diminution s’explique par la destruction des habitats d’hiver dans les tropiques, l’appauvrissement des habitats convenables pour se reproduire et se nourrir, les activités d’exploitation forestière qui modifient l’âge des forêts, ainsi que l’utilisation de pesticides et d’herbicides. Le moucherolle à côtés olive se reproduit à l’orée des forêts de conifères matures partiellement ouvertes et de bois mixtes, habituellement près de l’eau. La moitié des nids de moucherolles à côtés olive ont été trouvés dans les forêts de conifères partiellement ouvertes. La plupart des autres se situaient dans des forêts mixtes. La plupart des nids étaient aménagés dans des conifères. Tous les nids décrits étaient fixés sur la face supérieure d’une branche horizontale, assez loin sur la branche, mais parfois près du tronc. Le nid est une structure volumineuse constituée de brindilles, de bouts de bois et de radicelles entrelacés. La cuvette du nid est recouverte d’usnée barbue, d’herbes et d’autres fibres végétales. Les couvées varient de 1 à 4 œufs.


Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Chant du moucherolle à côtés olive

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Sonogramme

Sonogramme du chant du moucherolle à côtés olive

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Numéro de bande : M6.095(25l)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : 01:02
Description du lieu : Non disponible
Nom du lieu : Non disponible
Remarques générales : Présentation à la Société des oiseaux et des mammifères du nord-ouest du Pacifique
Date : 1962/10/27
Technicienne : Grace Bell
Numéro de bande : M6.095(25l)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : 01:02
Description du lieu : Non disponible
Nom du lieu : Non disponible
Remarques générales : Présentation à la Société des oiseaux et des mammifères du nord-ouest du Pacifique
Date : 1962/10/27
Technicienne : Grace Bell

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • se familiariser avec l’apparence, le chant, l’écologie et les groupements taxonomiques des espèces d’oiseaux du Canada, surtout ceux de la Colombie-Britannique;
  • comprendre l’importance des notes de terrain en écologie et connaître l’information que contient habituellement ce genre de notes.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons